logo

Correspondances

2 ans séparent notre dernier évènement en août 2019 de maintenant. Cet écart temporel amorce une nouvelle ère pour Les terres de Galiardim. Dans le but de tenir notre communauté active et de vous faire vivre les différents bouleversements de notre univers durant cette longue absence nous avons pondu pour vous une série de 7 correspondances. Ces échanges de lettres, sur support audio visuel, mettent en scène 2 amants, qui pour des raisons que vous découvrirez, ont dû être séparés!

Nous vous invitons donc à les écouter dans l'ordre chronologique afin de comprendre l'ampleur des changements qui se sont opérés sur Galiardim et ailleurs dans le monde, durant ces 2 longues années!

21e jour de la 12e lune de l'an 23 après la mort de Kalénia

Ma très chère Catherine,

J’espère que cette première lettre arrivera jusqu’à vous. Il est vrai que, depuis mon départ d’Enaisyl, je ne cesse de penser à vous et, surtout, à la façon dont je pourrais prendre de vos nouvelles. Vous me connaissez, je ne pouvais pas rester les bras ballants! Après m’être trouvé un petit coin tranquille dans un village de l’est de l’île, j’ai réussi tant bien que mal à établir un service postal dans le but de faire sortir clandestinement ou pas des messages ou des petits colis à l’aide d’oiseaux voyageurs. Galiardim possède une population impressionnante de sagittaires. Ces oiseaux sont parfaits pour voyager sur de longues distances! Les dresser n’aura pas été une chose aisée, mais grâce à l’aide d’une poignée altruiste de locaux, j'y suis parvenu. Ensemble, nous avons choisi de baptiser cette poste "Le Sagittaire" en l’honneur de ces précieux oiseaux, sans qui la tenue de ce projet n'aurait aucunement été possible.

Tout d’abord, je souhaitais vous informer que je vais bien, car j’imagine que vous vous le demandez. Je me suis tant ennuyé de vous, ma douce Catherine! L’ambiance sur Galiardim est… particulière. Certes, j’ai fui Enaisyl et j’ai choisi Galiardim pour défendre mes idéaux, mais aussi parce que je savais que l’on ne me suivrait pas jusqu'ici. À mon arrivée, vers la fin du mois de septembre, l’île était encore conviviale, si je peux l’exprimer ainsi. Évidemment, c’est devenu un endroit quelque peu inhospitalier. La faune locale et les autochtones n’ont rien d'amical, mais les habitants d’ici sont fiers de leur patrie et sont pour la plupart d’agréable compagnie, si on ne leur pose pas trop de questions.

Toutefois, l'ambiance n'est pas restée aussi tranquille très longtemps. En effet, je ne suis pas le seul à avoir eu l’idée de profiter du retrait de l’union pour venir faire de Galiardim mon nouveau chez moi. De nombreuses bannières noires sont venues accoster aux quais de Port-Narval, qui servait jadis d’escale opportune aux navires de toutes nations. Lentement mais sûrement, les malfrats d’un peu partout à travers le monde ont élu domicile ici. Jusqu’à présent, il n’y a pas vraiment de problèmes… Toutefois, l’avenir semble de moins en moins lumineux sur l'île.

Néanmoins, il y a deux endroits sur l'île qui demeurent encore protégés par des lois que tous semblent respecter jusqu’à maintenant. Vous en avez probablement entendu parler, mais Enirak a envoyé un émissaire qui a mentionné que sa flamboyante patrie désirait garder sa propriété terrienne, appelée ici le Bastion libre, sous sa gouverne. Les lois enirakiennes s’appliquent donc encore sur cette petite seigneurie que personne n’ose prendre d’assaut, par peur de représailles militaires. Il y aussi un sanctuaire kalénien, situé sur la seigneurie de la Racine écarlate, le territoire ayant été repris à son propriétaire (un certain Gontrand Larson) par l'Église. De ce que j’en sais, le clan en serait toujours l’administrateur. Ce sanctuaire devenu un havre pour les Croisés est donc la seule zone neutre de toute l’île de Galiardim. Par chance, on y applique toujours assidûment les engagements kaléniens!

Cela résume assez grossièrement ce qui se déroule ici. Nous n’entendons jamais parler de ce qui se passe ailleurs… Les très rares étrangers ne sont soit pas du tout informés, soit aucunement intéressés à partager leurs savoirs. Je peux les comprendre, puisque la majeure partie de la population est recherchée activement ou a déjà commis des méfaits…

Et vous, ma chère, comment vous portez-vous? Parle-t-on encore de ma parjure sur Enaisyl? Quelles sont les nouvelles du monde extérieur?

Confiez votre réponse à l’oiseau et il devrait me revenir! Prenez soin de vous et n’oubliez jamais que vous me manquez terriblement!

Cordialement,

21e jour de la 12e lune de l'an 23 après la mort de Kalénia

4e jour de la 2e lune de l’an 24 après la mort de Kalénia

Mon très cher Adriel,

Effectivement, je commençais à me demander si vous aviez survécu à la traversée. Vous me voyez ravie d’apprendre que vous vous portez bien, malgré la précarité de l’environnement dans lequel vous vivez. Mis à part les ragots colportés par les rares aigles d’argent qui ont aperçu Galiardim de loin au fil des mois, nous n’avons strictement aucune nouvelle. Cela contribuait beaucoup à alimenter mon angoisse, mais je suis désormais rassurée.

Pour ma part, je me porte bien, malgré que les semaines ayant suivi votre discours lors du vote pour le retrait de Galiardim m’aient légèrement éclaboussée. Lentement, les gens semblent oublier ce qui s'est passé et ils daignent enfin me laisser tranquille.

Ici, la vie va bon train. Pour l’instant, depuis que vous êtes parti, le monde est assez calme, de façon surprenante. Je ne sais pas si c’est pour rassurer la population du fait que le retrait de Galiardim sécurise le reste de l’union ou simplement parce que c’est le calme avant la tempête.

Il est vrai que le culte d’Anao brasse beaucoup d’air depuis votre départ. Vous rappelez-vous de cette prophétie à laquelle les membres du culte ont investi un ordre solaire en entier? Et bien, figurez-vous qu'ils auraient finalement découvert les quatre fils qui complètent la prophétie! Je vous les transcris ci-bas :

- « Certaines histoires prendront un tout nouveau sens. » lls associent cette prophétie aux méfaits de l’écrivain sur les enfants d’Enaysil. Il s'agit d'un drame épouvantable qui hante encore le pays, d’ailleurs. Qui aurait pu penser que ce genre de malade puisse exister!?

- « Après leur mort, certains changeront de visage. » Celle-ci est interprétée par le culte par la présence des corps biomancés et possédés par les Horlas. Bien que je ne crois pas en ce genre de sottise, je dois avouer que cette nouvelle me laisse… mitigée? Si vraiment les Horlas existaient encore, cet habile stratagème serait le plan parfait pour qu'ils s'insèrent aisément dans notre société.

- « Le sang coulera du ciel pour nourrir ses enfants. » Confirmée par La Grande Traque, l’ordre associe cette prophétie au sang de Myrfinn passé par les éclipses aux Mains Noires pour les nourrir. Celle-ci me fait particulièrement peur, car elle voudrait dire que le voile qui nous protège tous est inefficace et que Myrfinn rôde peut-être encore parmi nous.

- « La terre tremblera sous la connaissance ». L'ordre ignore complètement la nature de cette dernière prophétie. Cependant, ses membres sont extrêmement virulents et insistants auprès des différentes nations pour qu’elles agissent en ce sens. Toutefois, personne ne semble prendre leurs mises en garde au sérieux. Après tout, pourquoi agir sur une série de ragots et d’interprétations mythologiques? L’âge des dieux étant achevé, nous sommes maintenant dans l’ère de raison.

J’ai hâte que vos mots passent dans l’oubli, ici. Je ne comprends pas du tout ce que cela puisse faire que vous vous soyez opposé au retrait de Galiardim! L’Union Colossale est une démocratie où tous devraient avoir le droit d'exprimer leur opinion, surtout un chevalier tel que vous! Je comprends que votre opinion n’était pas très populaire… Toutefois, il n'y a rien qui justifie que l’on vous ait retiré votre titre. Bref, espérons que les gens puissent rapidement oublier ce petit incident et que vous puissiez quitter cette île dangereuse.

Vos oiseaux sont très mignons. Je leur confie ce message. J’attends de vos nouvelles à propos de ce qui se déroule sur cette île maudite. Vous me manquez beaucoup. À très bientôt!

Amoureusement,

4e jour de la 2e lune de l’an 24 après la mort de Kalénia

21e jour de la 4e lune de l’an 24 après la mort de Kalénia

Ma douce Catherine...

J’espère que vous vous portez bien. Recevoir enfin votre réponse me comble de joie et m'apaise. J’étais terrorisé à l’idée que vous ayez, à votre tour, été victime de ma trop grande élocution… J'ai peut-être trop parlé, donc j'avais peur que cela ne finisse par vous engendrer des répercussions négatives.

Sachez que je demeure aussi convaincu que je l’étais la dernière fois : le peuple galian est certes rustre par moments, en plus d'être réticent à se soumettre à ce que nous nommerons la norme politique. Toutefois, de ce que j’en sais, il en va de même pour Enirak. Pourtant, leur statut au sein de l’union n’a jamais été compromis! Je ne me suis jamais tu devant toutes injustices sociales et je ne le ferai jamais! J’assume mes mots, j’assume mes gestes et me voici maintenant résident de Galiardim.

Le statut de l’île a beaucoup changé depuis ma dernière lettre. En effet, cela fait maintenant six mois que l’Union colossale s’est retirée du pays, et déjà, ce n’est plus le même endroit qu’à mon arrivée. Les nombreux navires infestés de brigands, de hors-la-loi, de pirates et d'autres malfaiteurs cherchant refuge ont favorisé la création d’un climat hautement instable où règne la loi du plus fort. À tour de rôle, ces différents groupes s’arrachent le pouvoir, empêchant par le fait même la création d’un gouvernement stable. Les quelques rares hommes bons préfèrent se cacher que d’affronter ce chaos d’hommes de mauvaise foi qui arpentent les chemins et les villages et qui, pour survivre, violentent, pillent et tuent.

Les quelques poignées de golems que j’ai apportées avec moi n’ont presque plus de valeur. À l'exception des commerçants et d'autres externes, les gens d’ici préfèrent largement faire du troc que de s’échanger la monnaie de l’Union. C’est surtout grâce au service postal que j'ai mis en place récemment que j’arrive principalement à subvenir à mes besoins essentiels. Par chance, le Bastion et le Havre des Croisés restent encore des endroits ou l’ordre règne et, sans cela, je ne vois pas comment j’aurais pu survivre.

Également, certains m’ont raconté l’histoire étrange d’un projet secret venant d’une résistance de Raciev, soit celui d’une arme à base de Teslite.

Bien que l’on m’ait raconté que le projet aurait échoué en éliminant le chef de la résistance, on doute que ce n’eut été qu’une façade et que l’arme ait vraiment été mise au point. Donc, ce qu’on a vu serait la venue d’une attaque prochaine...

Serait-ce possible que ce genre de chose existe? L’île est tranquille depuis ce jour et un calme inquiétant y règne, alourdissant l'ambiance de plus en plus... Avez-vous vécu une chose similaire, de votre côté ?

J’ai hésité avant de vous écrire ce qui suit pour ne pas vous inquiéter, mais vous comprendrez que je ne sais pas à qui d’autre me confier...

Il y a quelques jours, il y a eu un tremblement de terre, alors qu'il s'agit de quelque chose de rare sur ce côté du monde. La vaisselle tremblait dans ma petite chaumière! Je me suis demandé si une horde quelconque ne fonçait pas tout droit sur moi! Je suis allé à l’extérieur, question de vérifier si tout était beau, et c’est là que je l’ai vue... Au travers du jcrépuscule, j'ai aperçu ce qui semblait être une étoile plus noire que la nuit tracer lentement son chemin. Elle a traversé le ciel au loin, puis elle s'est fondue dans l’horizon. J’ai eu un frisson, alors que je me suis mis à penser à lui et à ce que vous me disiez dans votre lettre. Et s’il avait véritablement traversé? Peut-être qu’il a profité d’une éclipse plus longue que les autres et qu’il est parmi nous en ce moment même...

Ne vous inquiétez pas trop pour moi, je profite tout de même bien de ce répit d’action pour l'instant. J’essaie d’entraîner le vol des sagitaires pour accélérer la poste.

J’ai si hâte d’avoir de vos nouvelles! Vos mots me réconfortent et me remplissent de bonheur!

Prenez soin de vous.

21e jour de la 4e lune de l’an 24 après la mort de Kalénia

17e jour de la 8e lune de l'an 24 après la mort de Kalénia

Mon tendre amour,

Je suis désolée d'avoir mis tant de temps à vous répondre... La vie a été assez compliquée, ces derniers temps.

Quelques jours après avoir reçu votre missive, mon père m’a fait rapatrier au domaine familial. Je le reconnais bien, lorsqu’il s’inquiète: il préfère tout garder à proximité de lui, pour avoir le plus de contrôle possible sur ce qui lui est cher. Il me dit que cela le rassure de faire ça, mais de mon côté, ça m’enrage totalement! Je peux très bien me défendre seule! Néanmoins, je peux le comprendre, puisque j’ai peur, moi aussi…

Sachez que nous l’avons ressentie aussi, la secousse dont vous avez fait mention dans votre dernière lettre. Depuis, le peuple de la région me semble complètement bouleversé.Je n’ai jamais cru à toutes ces histoires de prophéties et de magie, mais là… Lui, de retour, vraiment ?! Je refuse d’y croire! Nous aurions vécu sous son regard toutes ces années, sans nous en rendre compte et, maintenant, il serait parmi nous? Je n’ose imaginer à quels sinistres desseins il aspire, tout en étant tapis dans l'ombre !

La Grande Traque doit s’en inquiéter également, puisqu’on raconte qu’elle l’aurait cherché, mais en vain. Ni lui ni aucun signe d’une potentielle chute semblable à ce qu'il y a eu sur Galiardim lorsque Kalénia est tombée n'ont été aperçus.

Une troupe de sans-droits est passée sur le domaine il y a quelques semaines. J’ai appris que plusieurs d'entre eux sont partis au front, contre l’île, à l'endroit où se sont regroupés les derniers démons. L’Escadron des fers aurait mené la bataille. Plusieurs jours de combats acharnés se sont enchaînés, semble-t-il, et l'île a presque été passée à feu et à sang,… Les démons ont pratiquement tous été éradiqués, mais les pertes ont été très lourdes chez les traqueurs. Les bruits courent qu’Enkel aurait réussi à s’en sortir! Du moins, son corps n’aurait pas été retrouvé.

La Grande Traque ferme maintenant des avant-postes, à l’heure où je vous écris, par manque d’effectifs. Il est certain que le nouveau statut de Galiardim leur coupe un peu l’herbe sous le pied, leur principal approvisionnement en membres étant les criminels. Le groupe a également cessé ses patrouilles habituelles. Cependant, tout le monde peut désormais y faire appel en lui moyennant une certaine rétribution. J’ignore si leurs membres sont déjà venus chez vous, mais dans l’optique où vous auriez besoin de leurs services, vos oiseaux pourraient amener votre requête jusqu’à la Forteresse d’Ambre.

À la maison, j’ai malheureusement dû cacher nos écrits pour que mon père ne les découvre pas. Les tensions entre nous s’amenuisent et il songe à me laisser retourner à l’académie. Je pourrai enfin prendre, à ce moment, le temps de mieux vous répondre. Il s’est passé tellement de choses ici... j'en aurai long à écrire !

J’ai interrogé Vladimir au sujet du projet de la résistance à Raciev dont vous m’avez fait part. Cela ne lui disait pas grand-chose... Les sciences n’ont jamais été, tout comme moi, une grande passion chez lui. De plus, il faut dire que nous n’avons que peu de nouvelles des pays externes à l’Union ces temps-ci. Également, la structure très technocrate et capitaliste du pays ne rejoint pas du tout mes idéaux, donc je m’y intéresse peu. Je sais, par contre, que la situation politique est assez précaire depuis un moment... Elle l'est suffisamment, puisque mon père n’exporte plus rien vers ce pays de sciences. Avec tout ce qui se passe actuellement, j’aurais cru que les gens se seraient soutenus au lieu de se faire la guerre...

Enfin, je dois maintenant vous laisser. Répondez-moi vite!

Avec amour et tendresse,

17e jour de la 8e lune de l'an 24 après la mort de Kalénia

11e jour de la 12e lune de l’an 24 après la mort de Kalénia

Ma douce Catherine,

Bien que je sois heureux de recevoir de vos nouvelles, des sentiments d’inquiétude et d’inconfort se sont emparés de moi. Le fait d’imaginer de quelle manière se déroulent les évènements de votre côté et, quand je pense à votre père… j'ai peine à croire tout ce que je lis dans votre lettre! Quel est ce proche avenir qui nous est réservé?

Êtes-vous bel et bien en sécurité, là où vous vous trouvez?

Ici, en ces territoires indomptés, l’ombre semble s’être dissipée. Toutefois, je dois admettre qu’entre les influences d’un dieu de la fourberie ou d'une horde de brigands, la nuance me paraît faible par moments. J’ai dû, avec la poste par exemple, négocier des ententes de circulation avec les différents groupes criminalisés qui sévissent sur l’île. Grâce à celles-ci, je me suis garanti une certaine sécurité, mais cette dernière est un peu trop précaire à mon goût. Il y reste encore des tribus natives, mais j’évite de trop m’aventurer sur leur territoire ou même à proximité, de peur que ma tête finisse sur une pique.

J’ai vu, il y a quelques mois, des marshals des sept nations: ils avaient déjà construit une de leurs fameuses oubliettes. Ils sont passés chercher ceux qui y ont été jetés, en n'oubliant pas de rémunérer ceux qui les ont envoyés là. De ce que j’entends, cette pratique est très mal vue dans le milieu du crime organisé. Cela me donne presque espoir que, même dans ce monde, il y a un certain honneur.

Au sujet de la Grande Traque, quelques-uns de leurs navires ont accosté il n’y a pas si longtemps. Les locaux m’ont raconté qu’il était temps de les voir débarquer. Effectivement, j’avais ouï dire qu’il y avait des histoires cauchemardesques sur l’île, mais je ne pensais pas que c’était au sens propre...

Les chasseurs de monstres ont passé un grand total de trois jours sur l’île. Cela a été, pour eux, un séjour efficace dans lequel ils auraient vaincu un homme au masque de chair, une créature tentaculaire sortie des abysses et un nombre exorbitant de mains noires. Les Traqueurs semblaient également chercher quelque chose après leur chasse, car ils scrutaient partout et faisaient des rondes. Ils avaient beau nous dire que ce n’était que la routine et que tout allait bien, mais peu les ont cru.

Avec le grand nombre de conflits entre les nouveaux habitants de l’île, le nombre de mortalité est assez impressionnant. Les marins sont très respectueux des morts et mènent généralement la majeure partie des cadavres jusqu’à la mer. Ce comportement avait permis, jusqu’à maintenant, de nous éviter la visite des abyss’hals et je m’en portais bien. J’ai toujours été méfiant envers ces créatures des profondeurs quand elles manipulent la destiné et guident prétendument nos âmes vers Zorak. Qu’arriverait-il si les abyss’hals étaient mal intentionnés? Quoiqu’il en soit, nous les avons vus plus actifs depuis quelques semaines, surtout pour la recherche d’encre du destin via les poulpes chapardeurs ou encore le troc. Certains refusaient même d’escorter les défunts à l’eau si on ne leur proposait pas rétribution. Bref, ce n'est rien pour m’aider à changer ma façon de les percevoir!

Je ne sais pas si Brise-Crâne en a informé l’Union, mais un émissaire du Centre-Monde est remonté ici pour nous livrer un message. Il nous a annoncé que Grift était devenu le souverain de tout le Centre-Monde! Selon la population souterraine, il serait davantage reconnu comme étant un être divin semblable à Zorak, et non comme un simple grand monarche. Moi qui n’apprécie guère tous ces dogmes païens, voilà maintenant qu’un nouveau se forme sous nos pieds!

Selon l’émissaire bui-bui: «pour qu’existe une bonne gestion des sous-sols entre les différentes populations, la venue d’un dieu de la terre était nécessaire.»

Je ne sais pas si la naïveté de cet émissaire champignon est égale à son bolet, mais je ne crois pas que la nomination d’un être suprême de la terre sera de bon augure pour le peuple d’en dessous.

Désolé, le grand pouvoir est souvent trop proche de la tyrannie et cela me rend émotif dans mes propos...Enfin, vous me connaissez.

Je vous laisse sur ces mots, ma tendre moitié. J’espère que vous n’avez pas été relocalisée et que vous pourrez vite me répondre. Je pense à vous.

Amoureusement,

11e jour de la 12e lune de l’an 24 après la mort de Kalénia

28e jour de la 2e lune de l’an 25 après la mort de Kalénia

Mon cher bien-aimé, je peux enfin prendre le temps de vous écrire!

Tout d’abord, je vous souhaite une bonne année, mon tendre Adriel! Le temps passe si vite… Cela fait maintenant plus d’un an que nous avons été séparés et la situation me tourmente un peu. Sachez que vous occupez énormément mes pensées, même si je peine à me rappeler la chaleur de votre peau après tout ce temps passé si loin de vous. Je ne sais plus comment me percevoir vis-à-vis de tout cela.

Je suis désolée, mais je ressens beaucoup de pression qui pèse sur mes épaules ces derniers temps. Comme vous le savez, mon père possède une compagnie maritime avec un collègue des Îles Maelströms. Leurs activités principales sont la pêche et le voyagement interinsulaire. Si je vous raconte cela, c’est parce qu’il y a quelques semaines, des marins travaillant pour mon père ont aperçu au nord-est d’Acludia, à quelques kilomètres du Benossir, une petite flotte de bateaux équipés de poulies remonter inévitablement les restes d’un immense cétacé! Mon père est très inquiet de cet évènement, car il craint que quelqu’un ait fait remonter la dépouille du Grand Rorqual. Si cela s’avère à être le cas, les habitants de la mer vont probablement se révolter et faire couler l’ensemble de ces navires, comme ce qui s’est passé sur Galiardim il y a deux ans.!

On dirait que le sort s’acharne sur Acludia et ses environs, ces temps-ci. À l’académie, j’ai un ami dont la mère est membre de la cour acludienne. Cette dernière lui aurait raconté que le culte d’Anao ne va pas bien du tout. Le cœur de la déesse aurait été dérobé dans un cercle sylvestre près du Grand Sylvain, et ce, en plein jour! C’est un mystère complet, puisque personne n’a rien vu! Lors du dernier Nematon, la décision de ne plus créer d’ordres solaires aurait été prise, forçant ainsi les profanateurs à regagner leurs cercles sylvestres afin de retourner à leur but initial, soit la protection de la nature. Nombre d’entre eux auraient déserté, étant contrariés de cette décision et de la réaction des gouvernements devant leur façon de gérer la prophétie. Je suis sympathique à leur égard, car je trouve aussi que l’ensemble de ces signes ont été pris à légère par les dirigeants.

Parlant des dirigeants, j’ignore si vous êtes au courant, mais l’Union procède à une réforme de la noblesse. L’hérédité des titres de noblesse a fait en sorte qu’un trop grand nombre de familles utilise leurs titres à des fins commerciales et politiques sans avoir le capital financier pour justifier leurs démarches. Le débalancement économique que ce genre de pratique occasionne entraîne de sévères répercussions dans de nombreux pays étant membres de l’Union. Ainsi, l’organisation a décidé que chaque noble devrait, individuellement, acheter à nouveau leur titre de noblesse pour prouver leur supériorité financière. Plus le titre est important, plus le montant à débourser le sera en conséquence, et ceci indépendamment de la terre possédée par le noble. Le concept de famille noble disparait donc au profit d’une forme d’élitisme monétaire ostentatoire. Je me doute à l’avance que ces propos vous seront scandaleux et vous mettrons en colère. Si c’est le cas, je suis désolée d’avoir provoqué ce type de sentiments en vous.

Bien que ce nouveau jeu d’influences et de démonstrations de pouvoirs financiers soit futile, il gagne en popularité. Mon père craint de devoir créer des alliances avec d’autres nobles plus influents, si la mer venait à se rebeller. Nous savons tous les deux que, jadis, les mariages arrangés étaient une chose commune dans la noblesse et j’ai peur qu’avec cette histoire de titre monnayable ce ne soit le retour de cette horrible tradition… Pour cette raison, je songe de plus en plus à fuir. Pourrais-je venir vous rejoindre? Nous serions enfin ensemble, loin du joug de mon père et de cette infâme aristocratie malsaine! Bref, dites-moi ce que vous en pensez. Serait-ce raisonnable? J’ai déjà trouvé un transporteur qui est prêt à m’amener jusqu’à vous, sur Galiardim, dès le mois de mai de cette année.

Je pense très fort à vous. Avec amour,

28e jour de la 2e lune de l’an 25 après la mort de Kalénia

13e jour de la 5e lune de l’an 25 après la mort de Kalénia

Ma très douce Catherine,

Vous lire me fait toujours plaisir! Toutefois, je dois avouer que la fin de votre lettre me tracasse. J'espère donc que vous recevrez cette réponse à temps.

Bien que je comprenne la nature de vos tourments et que je partage votre intérêt pour nos retrouvailles, je ne pense guère que l’idée de venir maintenant sur Galiardim soit excellente… J’imagine que vous convaincre ne sera pas une chose évidente! Vous avez toujours eu un fort caractère et je ne pense pas que ces derniers mois passés loin de moi vous auront attendri davantage.

Laissez-moi vous parler de la situation sur l’île. Ici, les choses ont nettement empiré. Certes, le nombre de débarquements est décroissant, mais après plus d’une année d’immigration de truands, l’île en est pour ainsi dire remplie. Les différents groupes de mercenaires se font concurrence pour le pouvoir. Conséquemment, se balader seul est un gage d’embuscade et aucun sentier n’est sûr. L’accessibilité aux ressources est laborieuse. Aussi, l’arrivage de marchandise de toutes sortes par les différentes organisations plus ou moins criminelles approvisionne les marchés noirs et cartels. Sur ces terres, ni votre richesse d’autrefois ni votre nom ne vous garantira une aisance où seule la loi du plus fort compte.

Si seulement ce n’était que ça! Il y a quelques semaines, nous avons vu plusieurs navires pointer à l’horizon, et pas le genre de navire que nous avions l’habitude de voir accoster sur Galiardim. Un nombre impressionnant d’hommes lourdement armés s’est installé sur la plage. Ceux-ci payèrent sans problème, aux brigands du moment, leurs droits de résidence affirmant venir ici pour la chasse au gros gibier. Cette déclaration prit tout son sens à peine quelques dizaines de jours plus tard, lorsqu'ils ont sorti de la forêt, encore vivante, une bête que je ne pensais pas possible! Je reconnaissais tant d’animaux en elle! Il était impensable de confondre cette créature avec quoi que ce soit d’autre… Ils l’avaient débusquée, Chimère en personne! Impressionné autant qu’intimidé, l’ensemble des groupes de l’île n’intervint aucunement, par crainte de représailles. Ils l’ont ensuite embarquée sur l'un de leurs vaisseaux et ils ont pris le large dans la journée, ne laissant la chance à aucun natif encore vivant de défendre leur défunte divinité.

Cela s'est déroulé il y a 16 jours, précisément. Désormais, nous vivons dans un environnement très hostile. Les natifs, qui étaient déjà agressifs, repoussent maintenant quiconque pénètre les bois, tenant l’entièreté des colons de l’île comme étant responsable de la disparition de Chimère… Quelle tragédie! Je partage tellement ce sentiment de vide qu’ils peuvent ressentir. Toutefois, je ne peux en aucune façon leur apporter mon support, car ils refusent tout contact aux habitants de l’île, incluant moi-même, en nous traitant de « wêsh ».

Le subtil équilibre entre la nature sauvage, soit la faune comme la flore que Chimère apportait, est maintenant rompu. On raconte que la nature est en colère, qu’elle se révolte en n’offrant plus d’animaux à chasser et plus de fruits à cueillir. Certains disent que les racines des sylvains parcourant le sol de l’île possèdent maintenant les dépouilles des agresseurs de Chimère ayant péri lors de sa capture, les forçant à se lever et à chasser les indésirables. Galiardim reprend tranquillement son statut d’île maudite…

Je peux vous assurer que chacun des mots de cette lettre est véridique et non amplifié par le désir de vous convaincre de rester chez vous, à l’Académie. J’espère que mon récit vous fera comprendre l’inconscience et les risques impliqués par la route menant vers Galiardim en cette période troublée ! Je vous aime trop pour vous voir débarquer dans ce lieu où la survie est un combat incessant chaque jour. Ayez foi en l’avenir, le monde retrouvera sous peu sa paix et, qui sait, peut-être arriverais-je à quitter cet endroit pour venir vous rejoindre ?! J’espère sincèrement que cette lettre fera le chemin jusqu’à vous avant que vous ne débarquiez sur les plages de « sang ».

Je vous aime profondément,

13e jour de la 5e lune de l’an 25 après la mort de Kalénia